Transfiguration du Seigneur

#Degré 3 , #fêtes

Bonne fête de Transfiguration à tous mes lecteurs !

Voici le tropaire de la fête :

Tu T’es transfiguré sur la montagne, ô Christ-Dieu, montrant à Tes disciples Ta gloire, autant qu’ils pouvaient la supporter. Que Ta lumière éternelle resplendisse aussi sur nous, pécheurs, par l’intercession de l'Enfantrice de Dieu. Ô Donateur de lumière, gloire à Toi !

Et voici le kondakion :

Sur la montagne Tu T’es transfiguré et Tes disciples contemplèrent Ta gloire autant qu’ils en étaient capables, afin que, lorsqu'ils Te verraient crucifié, ils comprennent que Ta passion était volontaire et qu’ils annoncent au monde que Tu es vraiment la brillance du Père. 

Tout de suite après l’icône de la fête, je vous propose ma traduction de l’œuvre « Qu’est-ce que nous enseigne la Transfiguration du Christ » de saint Tikhone de Zadonsk (Naissance : 1724, région de Novgorod. Décès : 24 août 1783, Zadonsk. Sépulture : Zadonsk. Il a été canonisé par l'Église orthodoxe russe en 1861 comme prélat et est honoré comme thaumaturge. Il est fêté le 13 août de calendrier julien).

Qu’est-ce que nous enseigne la Transfiguration du Christ ?

Tu me demandes pour que je te raconte encore des actions salvatrices de notre Sauveur Jésus. Et bien… C’est bénéfique pour nous de nous instruire en cela. Nous sommes de voyageurs et notre vraie patrie n’est pas un pays sur terre. Nous traversons notre existence terrestre, comme nous traversons la terre, en faisant chemin. En fin de comptes, tout ce qui est terrestre nous délaissons sur terre, et uniquement avec nos âmes nous partons d’ici-bas. C’est la raison pour laquelle nous devons penser et nous soucier de ce qui est utile pour notre âme, ce qu’elle prendra dans l’au-delà, dans sa vraie patrie.

Notre Sauveur, en disant qu’il faut qu’Il souffre et meurt à Jérusalem pour notre salut, peu de temps avant de cela pris avec Lui trois apôtre – Pierre, Jacob et Jean – et les a amené sur la haute montagne, et là, Il se transfiguré : Son visage s’est éclairci comme un soleil, Ses vêtements deviennent blanc comme la lumière ; et les deux prophètes de l’Ancien Testament, Moïse et Elie, ont apparu en train de discuter avec le Seigneur. Ensuite, il y a eu une voix céleste : « Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, Qui a toute Mon approbation : écoutez-Le ! » (Matthieu 17:2-5). Les apôtres, en entendant cette voix, sont tombés le visage à terre, et ont eu la grande frayeur.

1.

Premièrement, par cette action salutaire Seigneur a montré aux apôtres qu’Il est la lumière du Père, Il est Dieu et Seigneur, et le Roi de gloire, même s’Il est couvert par l’apparence humble d’un être humain : d’une manière visible Il apparait comme l’Homme, semblable aux autres, mais essentiellement et intérieurement – Il est Dieu. Auparavant, les apôtres ont vu Sa gloire par des actions merveilleuses, mais ici ils ont vu Sa gloire avec ses propres yeux, lorsqu’ils ont vu Son visage comme un soleil, et Ses vêtements comme une lumière. Un des apôtres témoigne : « et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14). La gloire du Christ est montrée à partir de Ses actions ; actions que personne hormis Dieu ne peut accomplir. Mais ici Sa gloire Divine est apparue, d’une manière visible, lorsque Son visage s’est éclairci, d’une manière Divine, semblable au soleil, et les vêtements brillaient, et la voix du Père témoignait.

2.

Deuxièmement, Il a montré que volontairement Il part pour la souffrance, duquel Il a fait des prédictions. Celui qui a compris que Jésus Christ est Dieu Tout-puissant, comprendra aisément que Sa souffrance fut volontaire. Car qui peut convaincre ou contraindre Dieu de souffrir ? Dieu, Qui qui domine Sa création, et à Qui tous obéit ! Uniquement Son amour et Sa miséricorde envers nous, les pauvres et en danger, a fait qu’Il a souffert pour nous. Par ceci Il a édifié les apôtres pour qu’en voyant le Seigneur et Maître souffrant sur la croix, ils ne soient pas séduits et qu’ils n’aient pas crainte, et qu’ils ne se détachent pas de Lui, en Le sachant souffrir de Son gré, quelles que ce soit les souffrances. Il peut arrêter les intrigues de Ses ennemis, mais Il ne veut pas, car Il a décidé de supporter tout, de patienter tout, pour que de cela l’homme déchu et perdu – puisse obtenir le salut.

3.

Troisièmement, les apôtres ont vu le Christ dans Sa gloire, mais également les prophètes participants à la même gloire. De là, nous pouvons comprendre que dans la vie éternelle la gloire des saints sera semblable à la gloire du Christ – ils seront semblables à Lui et Le verront comme Il est : « Mes bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons un jour n'a pas encore été manifesté ; mais nous savons qu'au temps de cette manifestation, nous Lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu'Il est. » (1ère épître de saint Jean, chapitre 3, verset 2).

Ici, le visage du Christ s’est éclairci comme un soleil ; lors de résurrection générale « les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père » (Évangile selon saint Matthieu, chapitre 13, verset 43). Notre Père, Qui est aux cieux, transformera nos corps humbles : « Pour nous, notre cité est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, Qui transformera notre corps si misérable, en le rendant semblable à Son corps glorieux, par Sa vertu puissante qui Lui assujettit toutes choses. » (Épître de saint Paul aux Philippiens, chapitre 3, verset 21).

Nous voyons aussi, quelle joie et quelle douceur il y aura dans le Royaume Céleste. Apôtre Pierre a ressenti en lui-même telle joie et douceur, en voyant la gloire de Dieu, qu’il ne voulait plus descendre de la montagne, mais y demeurer : « Prenant la parole, Pierre dit à Jésus : "Seigneur, il est bon pour nous d'être ici" » (Évangile selon saint Matthieu, chapitre 17, verset 4).

Les apôtres ont pu voir seulement une partie de la gloire de Dieu, mais ils étaient transportés de joie ! Quelle joie et allégresse il y aura dans le Royaume de Dieu, lorsque Sa gloire sera apparente et nous verrons Dieu face à face : « Maintenant nous voyons dans un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu. » (1ère épître de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 13, verset 12).

Mais celui qui veut participer à cette joie et gloire, doit ici-bas participer aux peines, tribulations et insultes à cause du Christ. Avec patience, nous souffrirons avec le Christ, pour être glorifier avec Lui : « si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers, héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui, pour être glorifiés avec Lui » (Épître de saint Paul aux Romains, chapitre 8, verset 17). Et encore : « c'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu » (Actes des Apôtres, chapitre 14, verset 22). Vois-tu, pas seulement avec des tribulations, mais avec « beaucoup de tribulations ».

4.

Quatrièmement, la voix du Père : « Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, Qui a toute Mon approbation : écoutez-Le ! » (Matthieu 17:2-5) – ne s’adresse pas uniquement aux apôtres, mais à nous tous. Autrefois, Dieu parlait à travers du nuage aux apôtres, mais par leur intermédiaire, cette voix est venu jusqu'à nous. Vers nous parle Dieu : « Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, Qui a toute Mon approbation : écoutez-Le ! ». Autant de fois que nous lisons ou écoutons Son Évangile, autant de fois nous entendons la voix de Fils de Dieu, adressée à nous. Il ne nous enseigne que la voie de salut pour aller vers la gloire de Dieu apparue sur cette montagne. Pour aller vers la gloire de Dieu il n’y a pas d’autres chemins que celui indiqué dans l’Évangile.

Celui qui néglige l’Évangile, il ne néglige pas l’homme, cette personne néglige Dieu Lui-même ; et celui qui ne fais pas attention à l’Évangile et ne vit pas selon les commandements évangéliques – celui-ci n’est pas l’écoute de Dieu, Qui parle à travers de l’Évangile.

Écoutons le Fils de Dieu, comme nous demande le Père Céleste, et déposant les convoitises mondaines, prenons chacun notre propre croix et allons Le suivre, pour Qu’Il nous amène vers Son Père Céleste.

Allons de cette manière, pour y arriver ! Souffrons avec Lui pour être glorifié avec Lui ! N’ayons pas honte d’être disputé et maltraité à cause de Lui ; et Lui n’aura pas honte de nous lorsqu'Il viendra dans Sa gloire.

Que Seigneur se souvienne de nous dans Son Royaume !